Retour

Charge mentale

Publié le , 3 min de lecture
Illustration - Nabla
Maba Diarra
Psychologue-Psychothérapeute TCCE

Initialement identifiée chez les femmes afin de décrire la double-contrainte que représente la vie professionnelle et le travail domestique (tâches ménagères, entretien et soin des personnes du cercle familial), la charge mentale est davantage un problème de gestion, de traitement de l’information et peut toucher tout le monde.

Qu’est-ce que la charge mentale ?

La charge mentale, concept créé par la sociologue Monique Haicault en 1984, désigne une tension constante liée au fait de se dédoubler en des lieux et des temps différents. Le poids de la charge mentale s’apprécie par sa complexité́ et ses contraintes. En effet, la charge mentale mobilise une charge cognitive et émotionnelle au regard d’un processus de prévision, de mémorisation, de coordination et de réponse aux imprévus.

Il en résulte une nécessité d’anticiper toutes les charges du quotidien, en vue de faire coexister plusieurs mondes (professionnel, familial, personnel…).

Le Dr Nicolas Neveux évoque dans ses travaux l’exemple de l’achat de lait pour les enfants afin d’identifier la charge mentale qui y est associée. La complexité des compétences cognitives qu’aller chercher du lait pour les enfants exige, l’organisation et la gestion, venant s’ajouter aux exigences de sa profession, représente une charge mentale.

L’action “acheter du lait pour les enfants” requiert une série de tâches pour A :

  • Surveiller la situation : se préoccuper du stock de lait
  • Identifier quelle tâche est nécessaire (quel lait faut-il acheter ? par exemple)
  • Maintenir sa vigilance afin de ne pas oublier la tâche à faire (penser toute la journée à ne pas oublier d’aller acheter du lait le soir)

Finalement, c’est B qui va chercher le lait, et non A.

A a cependant supporté la charge mentale contenue dans l’action “acheter du lait pour les enfants”. Cette charge mentale est assimilable à une forme de stress puisque A assume la responsabilité de surveiller, collecter l’information pour prendre la décision, rester en état de vigilance, supporter l’angoisse de performance qui y est associée.

Effectivement, la réalisation de contraintes professionnelles en pensant aux tâches domestiques à venir est l’exemple le plus flagrant et le plus courant de charge mentale. Mais elle ne se limite pas à cela : effectuer une contrainte en pensant aux tâches à venir d’un monde différent quel qu’il soit est source de charge mentale.

Quels sont les effets de la charge mentale ?

Les conséquences de la charge mentale sont une diminution de la performance opérationnelle et une augmentation de la charge émotionnelle. Or, une charge mentale élevée n’est pas forcément synonyme de mal-être ! Certains peuvent bien la gérer. Inversement, une personne qui a une faible charge mentale peut vivre une situation de mal-être pour d’autres raisons.

Dès lors que la charge mentale est trop élevée et s’accompagne de symptômes, on parle de surcharge mentale. Elle se traduit par des effets psychiques : nervosité, troubles de la mémoire, perte de concentration, irritabilité, mais aussi physiques : fatigue, migraines, lombalgies (douleurs aux lombaires), douleurs abdominales, troubles du sommeil.

Il y a plusieurs degrés de surcharge mentale :

  • Surcharge mentale aiguë :
  • Sensation de malaise qui vient de la difficulté à coordonner dans le temps plusieurs tâches.
  • Difficulté à se concentrer sur deux tâches en même temps, sentiment que le cerveau sature
  • Surcharge mentale chronique : sensation de malaise qui vient de la difficulté à ne pas oublier de réaliser nos différentes activités en temps et en heure

Les personnes plus disposées à souffrir d’une surcharge mentale ont des caractéristiques cognitives qui leur sont propres. Des profils anxieux, perfectionnistes et dans l’hyper contrôle ont plus de chances d’y être sujets.

Comment se libérer de la charge mentale ?

Il existe plusieurs moyens de limiter votre charge mentale :

  • Baisser votre niveau d’exigence
  • Demander de l’aide
  • Déléguer
  • S’arrêter
  • en faisant une micro-pause. Vous allez passer du mode faire au mode être en pratiquant la pleine présence. Vous apprécierez votre pause car vous la vivrez au lieu de penser aux actions à réaliser.
  • pour faire des choix et prioriser les actions
  • Faire une to-do list des actions à réaliser et se concentrer sur l’accomplissement de chaque tâche une par une
  • Inclure dans votre to-do list des actions qui vous font plaisir
  • Consulter vos to-do list sans les mémoriser.

Conclusion

Avec le télétravail, il n’y a plus de distance physique entre le monde professionnel et familial. Vous pouvez théoriquement effectuer toutes les tâches à faire au même moment. Vous êtes alors constamment sollicité. Faites l’expérience de réaliser vos tâches en pleine conscience pour vous désencombrer et ne pas favoriser une situation de surcharge mentale.

Vous avez encore des questions ? N'hésitez pas à les poser aux professionnels de santé sur notre application gratuite !
Je pose ma question

Ta santé dans ta boîte mail

Tu souhaites recevoir les meilleurs contenus Nabla dans ta boîte mail ?

Ton email sera uniquement utilisé par Nabla pour l’envoi de la newsletter. Il ne sera jamais communiqué à l’extérieur et tu peux te désabonner à chaque newsletter. En savoir plus
Illustration - Nabla

Ta santé en une seule app

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla