Retour

Hypocalcémie

Publié le , 7 min de lecture
Illustration - Nabla
Jean-Pierre Leroy
Médecin généraliste
Illustration - Nabla
Mariama Bah
Médecin urgentiste

Le calcium est le minéral le plus abondant de l’organisme. Il est essentiel pour maintenir nos os et nos dents solides, mais il est également indispensable pour notre bonne activité musculaire, neurologique ainsi qu’à différentes fonctions du sang comme la coagulation. Cependant, une carence en minéraux comme le calcium peut survenir par des apports insuffisants ou un dysfonctionnement de l’organisme. Concernant le calcium, les causes sont diverses, celle-ci survient généralement dans les cas :

- d’une alimentation déséquilibrée ;

- des dysfonctionnements de l’absorption du calcium dans l’intestin dû à un défaut hormonal par exemple ;

- d’une anomalie au niveau des os ;

- d’un déséquilibre entre les besoins et les apports en calcium : par exemple, il y a un besoin accru en calcium lors de la grossesse ou d’un besoin accru en calcium lors de la grossesse. On appelle donc cette carence l’hypocalcémie.

Comment le calcium est régulé dans l’organisme ?

Pour comprendre les causes de l’hypocalcémie, un peu de biologie… La régulation du taux de calcium nécessite l’intervention de différents organes et de différentes hormones :

  • Les organes : La peau via l’exposition solaire, le foie, les reins et les os
  • Les principales hormones sont la PTH et la vitamine D :

    • La PTH (hormone parathyroïdienne) synthétisée par les glandes parathyroïdes qu’on retrouve dans le cou, proche de la thyroïde : son rôle est de permettre à la vitamine D que nous produisons grâce à une exposition solaire suffisante, d’agir sur l’absorption du calcium par l’intestin mais aussi à utiliser la source de calcium que nous avons naturellement dans les os, cela s’appelle la "résorption" ou mobilisation osseuse”
    • La vitamine D va permettre 2 choses : la stimulation de l’absorption du calcium alimentaire par l’intestin et la mobilisation du calcium des os.

Le magnésium est également un ion important qui influe sur la régulation du calcium du fait qu’il veille au bon fonctionnement des glandes parathyroïdes pour la sécrétion de PTH

L’hypocalcémie, qu’est-ce que c’est ?

Définition

L’hypocalcémie est un état caractérisé par une concentration de calcium dans le sang inappropriée (anormalement bas), et désigne la concentration totale de calcium < 2,20 mmol/L en présence d’une concentration normale des protéines dans le sang (protéines plasmatiques ou albumine). Pour maintenir une calcémie normale, le corps va donc être principalement être régulé par les deux hormones citées plus haut : la PTH et la vitamine D. L’une des causes les plus fréquentes de l’hypocalcémie est la carence en vitamine D car elle agit dans l’absorption du calcium par l’intestin grêle et la résorption osseuse

Symptômes

Le manque de calcium peut se refléter à travers des symptômes très divers. Les symptômes dépendent du niveau de calcium présent dans le sang au moment du test mais aussi de la vitesse de sa chute, ainsi une hypocalcémie importante mais progressive peut survenir sans aucuns symptômes apparents.

  • Pour l’hypocalcémie chronique, les symptômes sont très variés, polymorphes et non spécifiques. Ils sont souvent d’ordre cognitif et/ou psychiatriques : dépression, anxiété ...
  • Pour l’hypocalcémie aigu, on peut retrouver des troubles cognitifs mais le plus souvent ce sont des troubles liés à une hyperexcitabilité neurologique et musculaire les symptômes pourront se manifester par :

    • des tremblements, des crampes musculaires, une tétanie, spasme carpopédal (contracture des mains et des pieds) avec “la main d’accoucheur ou signe de Trousseau” ;
    • des convulsions.

Chez l’adulte, ce sont les complications cardiaques qui sont redoutées car l’hypocalcémie peut se traduire par des anomalies du rythme cardiaque; tandis que pour les enfants, le principal danger est le spasme ayant lieu au niveau du larynx pouvant causer une asphyxie.

Chez les enfants, la carence en vitamine D et en calcium cause également le rachitisme mais c’est très rare de nos jours : chaque maman en sortant de la maternité aura une prescription de Vitamine D en gouttes pour votre bébé !

De façon plus générale ces symptômes cliniques variés peuvent apparaître en présence d’hypocalcémie :

  • perte de cheveux, ongles cassants
  • douleurs musculaires
  • douleurs articulaires
  • fragilité osseuses avec des fractures possibles :

Votre médecin peut vous conseiller un régime adapté, voire vous prescrire des suppléments alimentaires

Sur le plan cardio-vasculaire, un apport équilibré en calcium permettrait une bonne régulation de la pression artérielle.

Causes de l’hypocalcémie

Les hypocalcémies ont donc des causes variées :

  • Le déficit en vitamine D :

    • soit par un manque alimentaire : carence d’apport, défaut d’absorption comme dans les cas d’alcoolisme chronique ou augmentation des besoins (grossesse, allaitement)
    • soit par défaut d’ensoleillement en est la cause principale (l’organisme ayant besoin d’associer la vitamine D au calcium afin de bien intégrer ce dernier)
  • Une atteinte de tous les organes nécessaires à sa régulation sont des causes d’hypocalcémie :

    • L’hypoparathyroïdie qui va créer une carence ou une anomalie de la PTH. Ses différentes causes sont post-chirurgicales (lors d’une thyroïdectomie totale par exemple) ou liées à un dysfonctionnement d’origine génétique, auto-immune.
    • L’insuffisance hépatique (foie)
    • L’insuffisance rénale chronique et ses multiples causes
    • Une anomalie au niveau des os : certains types de métastases osseuses de cancer “consomment” par excès le calcium
    • Une anomalie du taux sanguin de magnésium

Comment se mesure la calcémie ?

Prise de sang, test urinaire

Une prise de sang permet de savoir si vous souffrez ou non d’hypocalcémie en mesurant la concentration de calcium sanguin. Ce dernier consiste à doser le calcium présent dans le sang. En sachant qu’une partie de ce calcium circulant est éliminée via les urines ; on peut donc réaliser une calciurie qui consiste en le dosage du calcium urinaire. Vous devrez alors réaliser un test urinaire.

Quel taux de calcium ?

En temps normal, le taux de calcium dans le sang à l’âge adulte, est compris entre 2.20 mmol/L et 2.60 mmol/L. Il représente le calcium total de l’organisme.

Dans certains cas (par exemple l’anomalie du taux de protéines plasmatiques qui peuvent fausser le résultat de la calcémie), un dosage de la calcémie ionisée (cette fraction du calcium varie de manière indépendante au taux de protéines du sang) peut être demandé et les valeurs habituelles sont comprises entre 1.15 et 1.30 mmol/L.

Cependant, gardez à l’esprit que les résultats d’un test biologique ne constituent pas à eux seuls un diagnostic. Il demeure donc primordial de consulter un médecin afin de prévoir avec lui d’éventuels examens supplémentaires. Une interprétation d’un taux de calcium ne peut se faire celui du taux de PTH, de magnésium ... Il est indispensable de consulter.

Comment lutter contre l’hypocalcémie ?

Adapter son alimentation

Dans le cas de l’hypocalcémie par carence d’apport sans autre étiologie retrouvée, il est nécessaire d’augmenter votre taux de calcium dans le sang. Pour y parvenir, cela passe en grande partie par votre alimentation : vous pouvez bien sûr consommer plus de produits laitiers mais aussi, d’une façon alternative :

  • Parfaire ses apports calciques par la vitamine D et des minéraux si nécessaire ;
  • Consommer des légumes verts ;
  • Se nourrir davantage de céréales et de graines ;
  • Mettre plus d’herbes et de condiments dans tous ses plats.

Traiter l’hypocalcémie

Concernant le traitement de l’hypocalcémie, on distinguera :

  • l’hypocalcémie aiguë, qui est dangereuse pour la vie et qui exige une prise en charge hospitalière comprenant un apport en calcium en intraveineux, pour les calcémies totales < 1,9 mmol/L ou présentant des symptômes cliniques importants et caractéristiques de l’hypocalcémie comme les troubles cardiaques. Une hospitalisation avec surveillance rigoureuse sera nécessaire dans ces cas.
  • l’hypocalcémie chronique, où l’on doit uniquement corriger les carences associées éventuelles : le traitement consiste principalement à fournir des compléments de calcium, de magnésium (s’il y a carence) et de vitamine D par voie orale qui suffisent dans la majorité des cas, à corriger l’hypocalcémie. Si une cause de l’hypocalcémie est clairement identifiée, le traitement de cette cause ou le changement de médicaments peuvent permettre le rétablissement du taux de calcium habituel d’autant plus rapidement.

En résumé, l’hypocalcémie aiguë ou s’installant rapidement peut donner des symptômes inquiétants et nécessite un avis médical rapide. Dans les autres cas, surtout dans le cas de l’hypocalcémie chronique, les signes sont assez aspécifiques. Les apports journaliers en calcium passent en priorité par notre alimentation : les plus connus sont les produits laitiers, qui recouvrent la majorité de nos besoins en calcium mais les légumes verts constituent une bonne alternative pouvant également satisfaire nos besoins en calcium. Il demeure utile dans certains cas particuliers, comme une grossesse ou alors une maladie chronique, de consommer des suppléments alimentaires de calcium pendant un temps, dans le cas d’un besoin accru. Si un supplément en calcium vous a été prescrit, il sera possiblement associé à un supplément de vitamine D. Vous pouvez en discuter avec votre médecin pour confirmer l’indication d’associer la vitamine D à la prescription de calcium. De façon générale, nous pouvons subvenir à nos besoins en calcium, simplement avec une alimentation équilibrée. Dans tous les cas, consultez votre praticien !

Vous avez aimé cet article?
N’hésitez pas à le partager !

Ta santé en une seule app

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla