Retour

Le cycle menstruel et la fertilité

Publié le , 9 min de lecture
Illustration - Nabla
Dr Véronique Cayol
Gynécologue-obstétricienne

Le cycle menstruel et la fertilité sont deux phénomènes qui accompagnent la femme de sa puberté jusqu’à sa ménopause. Au-delà de la longue période de vie durant laquelle leur présence peut être source d’inquiétude, d’incompréhension ou d’analyse, c’est surtout la charge mentale subséquente qui pèse beaucoup de femmes. Si certaines sont réglées comme du papier à musique, d’autres ont des cycles plus ou moins longs ou réguliers ; alors que des femmes n’auront aucun problème à procréer, un nombre conséquent se heurtera à des difficultés : alors, où est la normalité ? En réalité, chaque femme possède un cycle menstruel qui lui est propre. Votre potentielle douleur, durée des règles ou fréquence de cycles sont tout simplement uniques. L’essentiel n’est donc pas de connaître le fonctionnement théorique de votre fertilité sur le bout des doigts, mais d’appréhender vos sensations fluctuantes au cours du mois pour pleinement maîtriser votre corps, dans toute la beauté de sa singularité.

Quelle est la durée d’un cycle menstruel ?

Le cycle menstruel commence le premier jour des règles et se termine la veille des règles suivantes. Si sa durée est en moyenne de 26 à 30 jours, il peut parfois être plus court (20 à 21 jours), ou bien beaucoup plus long (90 jours). Encore une fois : dans les règles, il n’y a pas de règles ! Soyez néanmoins attentive à un retard inhabituel qui pourrait vous faire penser à une potentielle grossesse. Il est tout à fait normal d’avoir des cycles différents, un choc émotionnel, un changement d’environnement, de contraception ou de médicamentation peuvent influencer leur durée. Cependant, si vous avez un cycle supérieur à 90 jours et n’êtes pas enceinte, il peut être utile de consulter un médecin, une sage-femme ou un gynécologue pour vérifier votre état de santé global.

Comment repérer son jour d’ovulation ?

Vous l’aurez compris : en l’absence d’un cycle millimétré, il est difficile de connaître à l’avance le jour de l’ovulation. Celle-ci est la “fenêtre” de 24h idéale pour concevoir un enfant, puisque la gamète femelle (l’ovule) est expulsée de l’ovaire et peut ainsi rencontrer la gamète mâle (le spermatozoïde). A noter que les spermatozoïdes peuvent rester dans l’utérus jusqu’à 6 jours après un rapport sexuel non-protégé : les femmes sont ainsi fertiles durant une petite semaine par cycle.

Deux techniques (complémentaires) peuvent vous aider à repérer votre ovulation : premièrement, comptez les jours de votre cycle à l’aide d’une application ou d’un calendrier (voir rubrique ci-dessous) pour comprendre quelle est sa durée moyenne. Deuxièmement, l’étude quotidienne de la glaire cervicale et de la température peuvent vous aider dans la compréhension de votre cycle. Nous détaillons ci-après la consistance de la glaire cervicale selon les différentes phases de ce dernier : en l’observant au toucher, tout simplement, vous aurez une bonne indication de votre situation. Néanmoins, n’oubliez pas que cette technique a des limites de fiabilité quand elle est utilisée en moyen contraception.

Comment compter les jours du cycle menstruel ?

En théorie, un cycle menstruel dure 28 jours, divisé en deux parties. D’abord, du 1er au 14ème jour, la phase dite Folliculaire (elle commence au premier jour des règles et se termine au moment de l’ovulation). Puis, du 14ème au 28ème jour, la phase dite Lutéale (après l’ovulation et jusqu’au début des prochaines menstruations). Néanmoins, ce calcul n’est pas parfaitement fiable car un cycle menstruel est variable d’une femme à l’autre, mais aussi potentiellement variable pour la même femme. En effet, une ovulation peut très bien se déclencher à une date imprévue. Par conséquent, se fier au 14ème jour comme date d’ovulation n’est pas suffisant.

Attention, certains saignements apparaissent à l’arrêt de la contraception œstro-progestative (pilule classique) et donc n’ont aucun rapport avec la menstruation physiologique. Il s’agit d’une hémorragie génitale due à une chute brutale du taux des hormones dans le sang. Ce phénomène est appelé hémorragie de privation : les “règles” sous pilules n’en sont pas. A l’arrêt de la contraception œstro-progestative (pilule classique), la reprise du cycle menstruel naturel est progressive et variable d’une femme à l’autre. Certaines mettent plus d’un an à retrouver leur rythme habituel : pas de pression, votre corps se réadapte ! Si cela vous inquiète, n’hésitez pas à en parler à un.e professionnel.le de santé.

Comment fonctionne le cycle menstruel ?

Le cycle menstruel se divise en quatre phases successives : la phase des règles et de l’après règles, l’avant ovulation, l’ovulation, et l’après ovulation. Chacune de ces phases est marquée par un changement à différents niveaux : l’état de l’utérus, l’état de la vulve, la sensation ressentie, et la température.

1. Phase des règles et de l’après règles

Les règles et l’après règles correspondent à une phase de latence pendant laquelle la femme a peu de chance de tomber enceinte. Néanmoins, si les règles sont très longues et si la période pré ovulation est très courte, une femme peu belle et bien tomber enceinte. Attention, la durée des règles et de l’après règles est variable.

  1. Tout d’abord, cette phase commence avec les règles (d’une durée moyenne de 5 jours environ). Durant celle-ci, le col de l’utérus s’entrouvre, la partie superficielle de la muqueuse utérine se détache puis tombe, causant des saignements par le vagin jusqu’à la vulve. Cette phase est marquée par une température basse chez de la femme.
  2. Par la suite, arrive la phase d’après règles. A noter que chez certaines femmes, cette phase est très courte, voire ne se voit pas car elle peut être simultanée avec la fin des règles. Lors de celle-ci, la muqueuse de l’utérus se répare et donc reste peu développée. De plus, le col de l’utérus est fermé, il produit alors une glaire épaisse et collante empêchant la survie des spermatozoïdes et leur passage dans l’utérus. A la vulve, il n’y a pas ou peu de glaire, et s’il y en a elle est opaque, collante, et peu abondante. Enfin la sensation durant cette période peut être celle d’une sécheresse et d’une température relativement plus basse qu’aux autres moments du cycle.

2) Avant l’ovulation

Avant l’ovulation, durant 5 à 9 jours, tout l’organisme de la femme favorise la fécondation. La femme est alors normalement fertile. Durant cette phase, la muqueuse de l’utérus se développe et s’épaissit, tandis que le col de l’utérus s’entrouvre. Ce dernier sécrète une glaire qui, au fil des jours, devient de plus en plus filante et transparente dans le but de permettre la survie des spermatozoïdes (4-5 jours).

Du côté de la vulve, la glaire apparait, la femme peut alors observer un changement dans celle-ci et dans les sensations qui vont avec : la glaire qui est opaque et collante devient progressivement transparente et filante. La sensation ressentie est alors une sensation “d’humidité” (plus la glaire est filante et transparente, plus la sensation est celle d’humidité, et plus la femme est fertile). La température reste quant à elle toujours basse.

3) L’ovulation

Sans fécondation : L’ovulation correspond à la libération d’un ovule par l’ovaire (jusque-là il était stocké dans un follicule ovarien). L’ovulation est le moment le plus fertile de la femme, l’ovule est alors fécondable pendant environ 20 heures. Cela se produit en moyenne au quatorzième jour du cycle menstruel. Au moment de l’ovulation, le follicule éclate, et libère alors l’ovocyte mûri (devenu ovule) qui quitte l’ovaire pour rejoindre la trompe de Fallope. Lors de l’ovulation, le col de l’utérus est ouvert et la muqueuse atteint son plein développement. Au niveau de la vulve, la femme continue d’observer des changements de consistance de la glaire, de plus en plus filante et transparente. Une sensation d’humidité est ressentie, tandis que la température est toujours basse. A noter qu’autour de l’ovulation, les femmes peuvent ressentir d’autres symptômes. Par exemple, une douleur en bas du ventre, ou encore une tension des seins.

Avec fécondation : Un ovule fécondé par un spermatozoïde, devient alors une cellule-oeuf puis ensuite un préembryon, et va progressivement migrer dans l’utérus. Une fois fixé dans l’utérus, l’embryon envoie des signaux hormonaux au follicule éclaté, devenu corps jaune. Celui-ci va aussi à son tour émettre des hormones afin de bloquer les règles. C’est alors le début de la grossesse.

4) Après l’ovulation

Après l’ovulation, la femme est moins fertile (attention un délai peut exister car les spermatozoïdes ont une durée de vie de 5 jours). S’il n’y a pas eu de fécondation, cette période est alors de 12 à 16 jours. La muqueuse de l’utérus va alors se creuser de sillons : c’est la muqueuse “en dentelle". C’est dans ces sillons, qu’un embryon peut s’implanter. Le col quant à lui se ferme et sécrète une glaire épaisse et collante empêchant le passage des spermatozoïdes. Du côté de la vulve, la femme n’observe plus de glaire, ou bien une glaire collante et opaque. La sensation de la femme est alors une sensation de sècheresse.

Pour ce qui est de la température, elle va s’élever, le corps de la femme se réchauffe de 3 à 5 dixièmes de degrés (à peu près 0,5 °C). La montée de la température permet de dire, a posteriori, qu’il y a eu une ovulation.

C’est quoi la période de fertilité ?

La période de fertilité est tout simplement la période durant laquelle une femme peut tomber enceinte (fécondation de l’ovule par un spermatozoïde). Cette période correspond aux phases “d’avant ovulation” de "d’ovulation’’. A contrario, durant les deux autres périodes “phase des règles et d’après règles” et “après ovulation” la femme et infertile et donc est incapable de féconder.

Pour rappel, il est très important de noter que la période de fertilité est variable. De même pour l’ovulation (l’ovulation est la sélection d’un ovule parmi les follicules). En effet, il peut très bien se produire des cycles avec règles mais sans ovulation. Il arrive aussi que l’ovulation se déclenche à une date imprévue. Ou encore, deux ovulations peuvent se produire (faux jumeaux naturels). Encore une fois, ne vous fiez donc pas au calcul des quatorze jours après le début des règles pour savoir quand vous êtes dans une période fertile.

Quels sont les signes de fertilité chez la femme ?

Étant donné que la durée de la première partie du cycle est variable : la femme ne connaît pas à l’avance le jour de l’ovulation. Néanmoins, elle peut reconnaître les signes qui annoncent que l’ovulation approche et ceux qui confirment que l’ovulation a eu lieu.

Les signes qui annoncent que l’ovulation approche sont principalement l’apparition de la glaire à la vulve et/ou la sensation d’humidité. Tandis que le signe qui confirme que l’ovulation a eu lieu est l’augmentation de la température du corps. L’évolution de la température doit être suivie tous les jours au même moment, et dans les mêmes conditions.

Il est donc important de suivre l’évolution de son corps pour mieux connaître l’état de son cycle menstruel.

Qu’est-ce qui diminue la fertilité ?

Un grand nombre de facteurs peuvent venir réduire la fertilité. Par exemple, le dérèglement hormonal. Sachant que l’ovulation est régulée par les hormones, un dérèglement de celles-ci peut en effet handicaper la fertilité. Par exemple, le syndrome des ovaires polykystiques.

Un autre exemple significatif sont les problèmes liés aux trompes de Fallope (elles acheminent l’ovule de l’ovaire à l’utérus) si elles sont obstruées elles peuvent entraver la progression du spermatozoïde vers l’ovule. Enfin, d’autres facteurs tels que l’endométriose, le tabagisme, la consommation d’alcool ou encore les médicaments peuvent aussi réduire la fertilité.

*Le cycle menstruel et la fertilité sont des phénomènes cycliques qui tous les mois font passer la femme à travers différents stades. Néanmoins, si théoriquement un schéma similaire se reproduit mensuellement, il n’empêche que ces phénomènes varient selon chaque femme et selon chaque mois. Par conséquent, il est primordial de bien connaître les caractéristiques du cycle menstruel et de sa fertilité pour mieux se connaître son corps et soi-même. En effet, chaque femme est différente et donc chaque corps répond de manière singulière.*

Vous avez aimé cet article?
N’hésitez pas à le partager !

Ta santé en une seule app

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla