Retour

Pilule du lendemain

Publié le , 8 min de lecture
Illustration - Nabla
Amélie Danaradjou
Infirmière
Illustration - Nabla
Dr Véronique Cayol
Gynécologue-obstétricienne
Illustration - Nabla
Mariama Bah
Médecin urgentiste

La pilule du lendemain est une contraception d’urgence qui doit être prise rapidement après un rapport sexuel hétérosexuel pour éviter une grossesse non-désirée. Malgré sa grande fiabilité, cette pilule est souvent source de stress : entre l’impératif de rapidité et la crainte d’être enceinte, il est normal de s’interroger sur la meilleure manière de l’employer. Pas d’inquiétude, cela arrive à de très nombreuses femmes au cours de leur vie sexuelle. Suivez simplement ces explications pas à pas pour savoir comment l’utiliser en toute sérénité !

N.B. : dans cet article, les personnes ayant un appareil reproducteur féminin sont désignées par le terme “femme”, quel que soit leur genre.

Qu’est-ce que la pilule du lendemain ?

Une contraception d’urgence

La pilule du lendemain est un contraceptif d’urgence qui permet d’éviter une grossesse non désirée en cas de rapport sexuel à risque (voir ci-dessous “pourquoi la prendre”). Il existe deux types de pilules du lendemain :

  • La pilule au lévonorgestrel, qui retarde l’ovulation et perturbe la nidification, c’est-à-dire l’implantation de l’oeuf dans l’utérus.
  • La pilule à base d’ulipristal acétate qui interfère avec l’ovulation.

Les deux pilules sont tout autant efficaces, leur mode d’action est simplement un peu différent : par exemple, l’une vous sera peut-être plus adaptée que l’autre selon votre poids, les potentiels traitements que vous prenez déjà ou votre état médical (voir “comment la prendre”). N’hésitez pas à en parler avec un professionnel de santé (médecin, maïeuticien.ne, pharmacien.ne ou infirmier.e) pour être orienté vers la pilule du lendemain qui vous correspondra le mieux.

Une contraception qui peut se prévoir

Pour éviter le stress lié à l’urgence, vous pouvez demander à votre médecin ou maïeuticien.ne de vous prescrire une pilule du lendemain en prévention : non seulement celle-ci sera remboursée si vous êtes majeur.e et couvert.e par la sécurité sociale (rappel : si vous êtes mineur.e, la pilule est gratuite), mais vous pourrez l’avoir en avance en cas de rapport sexuel à risque.

Une contraception sans culpabilité

Les médecins sont formels : la pilule du lendemain n’a aucun effet avortigène. L’interruption volontaire de grossesse (IVG, aussi appelé avortement) est un acte médical complètement différent puisqu’il intervient après l’implantation de l’oeuf dans l’utérus, au contraire de la pilule du lendemain qui interfère avec l’ovulation. Par ailleurs, avoir la pilule du lendemain est un droit en France : quel que soit votre âge ou votre sexe, le/la pharmacien.ne est obligé.e de vous la délivrer en respectant votre anonymat, même sans ordonnance. La pilule du lendemain est donnée gratuitement si vous êtes mineure ou si vous avez une ordonnance (au cas contraire, elle sera payante). Ne craignez donc pas de la prendre si vous avez eu un rapport sexuel à risque (voir “pourquoi la prendre”) : c’est la meilleure solution pour éviter une grossesse non désirée et ses effets secondaires sont limités.

Pourquoi la prendre ?

A la suite d’un rapport sexuel non ou mal protégé

La pilule du lendemain est prise par les femmes ne souhaitant pas de grossesse à la suite d’un rapport sexuel hétérosexuel non ou mal protégé, c’est-à-dire lorsque les moyens contraceptifs sont absents, défectueux ou mal utilisés. Malgré votre vigilance, cela peut arriver par erreur ou oubli : pas de culpabilité, l’essentiel est de réagir à temps.

  • Si vous avez utilisez des contraceptifs mécaniques, en cas d’oubli ou de craquage de préservatif masculin comme féminin attention (mettre deux préservatifs n’enlève pas le risque de craquage, au contraire, il l’augmente !), ou plus rarement en cas d’accident de DIU hormonal ou non (Dispositif Intra-Utérin), aussi appelé stérilet.
  • Si vous utilisez un contraceptif chimique (pilule, implant, patch, anneau vaginal, progestatif injectable), en cas de mauvaise utilisation : le risque est notamment présent en cas d’oubli de pilule de plus de 3h ou 12h suivant le type de pilule, ou encore de rejet (vomissement, très rarement en cas de diarrhée) de la pilule survenant dans les 4h après sa prise. S’il s’agit de votre première prise de pilule, celle-ci n’est efficace qu’après 7 jours d’utilisation : sans contraceptif mécanique, il y a un risque de grossesse lors de cette première semaine. Dans tous les cas, lisez attentivement la notice d’utilisation de votre pilule pour connaître le délai d’oubli, ou contactez un.e professionnel.le de santé qui saura vous répondre (un coup de fil à la pharmacie suffit pour y voir plus clair).
  • Enfin, il est important de souligner que les méthodes de contraception dites “naturelles” (interrompre le rapport sexuel, retrait, méthode de calcul de cycle ou de courbe de température) ainsi que certains événements gynécologiques (accouchements, allaitements…) ne constituent pas des méthodes de contraception fiables.

En cas de doute sur l’efficacité de votre contraceptif ou pour savoir si vous êtes bien protégée contre une grossesse non désirée, n’hésitez pas à contacter un professionnel de santé (médecin, sage-femme, infirmier.e ou pharmacien.ne) qui pourra vous renseigner. Le site du Ministère de la Santé ChoisirSaContraception est également dédié à vous aiguiller dans vos choix de contraceptif le plus adapté.

Peu importe la période ou le type de rapport sexuel

Le risque de grossesse est présent :

  • Chez toute femme ayant des rapports sexuels hétérosexuels et en capacité de procréer (dès les premières règles à la ménopause)
  • Quelle que soit la période du cycle menstruel (même durant les règles !) pendant laquelle le rapport a eu lieu. Même si les femmes ne sont fécondes qu’environ 6 jours de leur cycle, ce dernier n’est pas toujours une horloge suisse : avec ses variations naturelles, impossible de prédire parfaitement la fenêtre de fécondité ;
  • Quel que soit le type de rapport hétérosexuel : le risque de grossesse existe avec ou sans pénétration, même sans éjaculation.

Quand prendre la pilule du lendemain ?

La pilule du lendemain est une contraception d’urgence, c’est-à-dire que plus elle est prise tôt, plus elle est efficace. Pas d’inquiétude démesurée : faites simplement en sorte de la prendre au plus vite pour plus d’efficacité et en dans les délais (voir tableau ci-dessous). Il existe en effet 2 types de pilule du lendemain (au lévonorgestrel et à l’ulipristal acétate) , chacun ayant des dates limites d’utilisation différente :

En cas de doute sur la possibilité de prendre cette pilule dans les temps, n’hésitez pas à contacter un professionnel de santé.

Pilule au lévonorgestrel Prise dans les 12h après le rapport sexuel à risque pour plus d’efficacité et jusqu’à 72h après
Pilule à base d’ulipristal acétate Prise dans les 24h après le rapport sexuel à risque pour plus d’efficacité, et dans les 5 jours maximum.

A noter : il existe un autre moyen de contraception d’urgence, médical cette fois. Le DIU hormonal (dispositif intra-utérin), aussi appelé stérilet, peut être posé par un.e gynécologue ou maïeuticien.ne et préviendra d’une grossesse éventuelle. Si cette option vous intéresse, n’hésitez pas à en discuter avec un professionnel.le de santé.

Comment se procurer la pilule du lendemain ?

Si vous avez un risque de grossesse non désirée (voir ci-dessous), vous pouvez toujours vous procurer la pilule du lendemain sans ordonnance et en pharmacie. C’est votre droit. Il est aussi possible de l’obtenir dans un centre de planification et d’éducation familiale (CPEF), dans un centre de dépistage anonyme et gratuit (CeGIDD). Une personne tierce (famille, partenaire, ami.e.s…) peut également aller la chercher pour vous sans souci.

Néanmoins, sa délivrance varie selon votre situation :

  • Pour les femmes mineures, elle est gratuite (pensez à amener un justificatif d’identité avec votre date de naissance). Elle peut aussi être donnée par l’infirmière scolaire.
  • Pour les femmes étudiantes, elle peut aussi être délivrée dans les services de médecine interuniversitaire (SUMPPS).
  • Pour les majeures sans couverture sociale, il est possible de se tourner vers le CPEF et le CEGIDD pour l’obtenir gratuitement ;
  • Pour les majeures avec une couverture sociale, le remboursement est effectué s’il y a une prescription médicale.

Comment la prendre ?

Une prise unique au plus vite

La pilule du lendemain est un comprimé unique, à prendre en une seule fois. Il faut la prendre au plus vite (voir “quand la prendre”) pour maximiser son efficacité. Par ailleurs, il est conseillé de la prendre au cours d’un repas pour prévenir l’apparition de nausées ou vomissements, qui sont des effets secondaires fréquents. Si un vomissement apparaît dans les 3h suivant la prise de la pilule, elle risque de ne pas avoir eu le temps d’être efficace : il faut donc en prendre une autre.

Être prudent.e selon sa situation : allaitement, poids, association avec d’autres médicaments

Si la prise de la pilule du lendemain est identique pour toutes les personnes, il faut néanmoins être vigilant sur certains cas particuliers :

  • Il faut interrompre l’allaitement dans les 6h après la prise du comprimé au lévonorgestrel et pendant une semaine suivant la prise du comprimé à l’ulipristal acétate.
  • Si votre poids est supérieur à 80 kg, l’efficacité de la pilule du lendemain peut être moindre et une autre contraception d’urgence est à privilégier (le DIU, ou stérilet par exemple).
  • Si vous prenez des médicaments contre l’épilepsie, le VIH, la tuberculose, certains antifongiques et préparations de plantes aux millepertuis, l’efficacité de la pilule du lendemain au lévonorgestrel diminue. N’arrêtez pas votre traitement, mais prévenez simplement un professionnel de santé qui vous donnera une contraception d’urgence plus adéquate.

Après la prise

Protection contre une grossesse non désirée

La prise de la pilule du lendemain empêche l’apparition une grossesse non désirée. Pour être certaine d’être protégée, il faut absolument utiliser un contraceptif mécanique (préservatif féminin ou masculin, stérilet en cuivre ou hormonal) jusqu’au prochain cycle menstruel, c’est-à-dire jusqu’au début de vos prochaines règles. Il peut arriver que leur arrivée soit perturbée (plus tôt / plus tard), c’est très courant et ne doit pas vous inquiéter. Néanmoins, si vos règles ont plus de 7 jours de retard, faites un test de grossesse pour avoir l’esprit tranquille.

Effets secondaires

Malheureusement, il arrive que la pilule du lendemain occasionne des effets secondaires, parmi lesquels des céphalées (maux de tête, migraines…), des douleurs aux seins ou au ventre, des règles douloureuses ou des pertes de sang. Pour éviter l’éventuelle sensation de nausée ou des vomissements, prenez la pilule au cours d’un repas. Ces effets secondaires varient selon les femmes, mais la première journée de la prise peut être un peu inconfortable : ne prévoyez pas une randonnée en montagne ! Dans tous les cas, ces effets vont se dissiper rapidement et vous pourrez reprendre toutes vos activités sans problème. En cas de persistance de ces effets secondaires, consultez un médecin. Votre cycle menstruel peut aussi en être perturbé et il se peut que vos règles arrivent brusquement, ou aient au contraire un peu de retard. Pour dissiper tout doute, n’hésitez pas à faire un test de grossesse.

Recommandations

La pilule du lendemain est une contraception d’urgence et ne peut remplacer les moyens de contraception habituels. Il est recommandé de prendre rendez-vous avec un gynécologue, un.e maïeuticien.ne ou un médecin pour trouver la contraception qui vous est la plus adaptée.

*Pour conclure, la pilule du lendemain est non seulement une contraception d’urgence à prendre le plus tôt possible pour éviter une grossesse (maximum 72h ou 5 jours suivant le type de pilule délivrée), mais également un droit pour toutes les femmes souhaitant ne pas avoir d’enfant. Bien que ses effets secondaires ne soient pas conséquents, il est important de faire un suivi avec un.e professionnel.le de santé après sa prise, notamment pour s’assurer d’avoir un mode de contraception plus adapté. Enfin, il est essentiel de garder à l’esprit que la pilule du lendemain ne protège pas des Infections Sexuellement Transmissibles (IST). Contre ces dernières, la seule solution efficace demeure le préservatif masculin ou féminin.*

Vous avez aimé cet article?
N’hésitez pas à le partager !

Ta santé en une seule app

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla