← Retour

Vitamine B12

Publié le , 6 min de lecture
Illustration - Nabla
Marie-Laure Bry
Médecin généraliste
Illustration - Nabla
Jean-Pierre Leroy
Médecin généraliste

Indispensable au bon fonctionnement de notre organisme, la vitamine B12 désigne un ensemble de quatre molécules appartenant à la famille des cobalamines (Cbl) et fait partie des 8 vitamines du groupe B. Elle se dénomme également “vitamine rouge” du fait de sa teneur en cobalt. Ce micronutriment contribue au bon fonctionnement du système immunitaire, au renouvellement cellulaire (sang et muqueuses principalement) ainsi qu’à la bonne santé du système nerveux. La vitamine B12 parcourt donc l’ensemble du système digestif et participe à notre équilibre physique et mental. Elle peut être stockée de façon importante par l'organisme, majoritairement dans le foie mais aussi dans le pancréas, le cœur et le cerveau. Comme ces réserves de B12 sont importantes, l'apparition des symptômes causés par une carence peut prendre des années.

Les caractéristiques de la vitamine B12

Quels sont les bienfaits de la vitamine B12 ?

La vitamine B12 participe au renouvellement cellulaire et au bon fonctionnement du système nerveux. Elle intervient notamment dans la formation des globules rouges et de la myéline (gaine des fibres nerveuses). De plus, elle intervient dans la synthèse ou la réparation de l'ADN et de l’ARN, ainsi que dans le métabolisme des glucides et des lipides.

Les apports nutritionnels sont variables et croissants en fonction de l’âge et vont de 1 microgramme (1µg) par jour pour un jeune enfant de 3 ans à 4 microgrammes par jour pour un adulte et 2,6 µg pour les femmes enceintes.

Quels sont les aliments riches en vitamines B12 ?

On trouve la vitamine B12 principalement les aliments d’origine animale comme la viande, les abats, le poisson, les crustacés, les œufs ou les produits laitiers, etc. mais aussi dans certains ingrédients d’origine végétale comme la spiruline, les algues rouges ou le miso. Par ailleurs, certains micro-organismes (microbiote de l’intestin) produisent également de la vitamine B12.

A titre d’exemple : 2 œufs + 30 g d’emmental (une part) + 2 yaourts nature correspondent à 100% de l’apport conseillé à un adulte.

Hydrosoluble (elle se dissout dans l’eau), cette vitamine est également particulièrement sensible à la lumière et la chaleur, il sera donc nécessaire de cuire ces aliments de préférence à la vapeur, de veiller à ne pas trop les réchauffer et de les conserver à l’abri de la lumière.

Les végétaliens qui ne consomment aucun aliment d’origine animale ou de produits enrichis (levure red star ou boisson de soja enrichie, …) pourront combler ce déficit sous forme de suppléments en vitamines B à prendre pendant leur repas.

La vitamine B12, gardienne de notre équilibre général

Les causes d'un manque de vitamine B12

  • Le régime alimentaire : un régime alimentaire comprenant des produits d’origine animale fournit généralement suffisamment de vitamine B12, mais les personnes qui ne mangent pas régulièrement ces aliments, comme celles qui suivent un régime végétarien - végétalien ou qui ont un régime alimentaire très pauvre, peuvent devenir déficientes. Les réserves de vitamine B12 constituées dans l'organisme durent néanmoins de 2 à 4 ans avant de devoir être reconstituées.
  • L'anémie pernicieuse : cause assez fréquente de la carence en vitamine B12, l’anémie dite “pernicieuse”, empêche l'organisme d'absorber la vitamine B12 contenue dans les aliments car le système immunitaire s’attaque aux cellules saines en augmentant ainsi le risque de développer un cancer de l’estomac. L'anémie pernicieuse a pour particularité d’être plus fréquente chez les femmes après 60 ans, les personnes ayant des antécédents familiaux de cette maladie et celles souffrant d'une autre maladie auto-immune, comme la maladie d'Addison ou le vitiligo.
  • Les affections de l'estomac : certains problèmes d'estomac ou certaines opérations de l'estomac peuvent empêcher l'absorption d'une quantité suffisante de vitamine B12. Par exemple, une chirurgie bariatrique (by-pass) ou une gastrectomie (procédure chirurgicale au cours de laquelle une partie de l’estomac est enlevée), augmentera le risque de développer une carence en vitamine B12.
  • Les affections des intestins : certaines affections qui affectent les intestins peuvent également empêcher d'absorber la quantité nécessaire de vitamine B12 comme certaines maladies inflammatoires (maladie de Crohn), les résections de l’iléon terminal, la pullulation microbienne et la prise de metformine (antidiabétique).
  • Les médicaments : certains types de médicaments peuvent entraîner une réduction de la quantité de vitamine B12 dans votre corps. Par exemple, les inhibiteurs de la pompe à protons - IPP (un médicament parfois utilisé pour traiter l'indigestion), peuvent aggraver une carence en vitamine B12. Les IPP inhibent la production d'acide gastrique, nécessaire pour libérer la vitamine B12 des aliments que l’on mange.
  • L’âge : les carences en vitamine B12 sont plus fréquentes chez les personnes âgées, puisqu'elles touchent environ 1 personne sur 10 âgée de 75 ans ou plus et 1 personne sur 20 âgée de 65 à 74 ans.
  • La carence fonctionnelle en vitamine B12 : certaines personnes peuvent avoir des problèmes liés à une carence en vitamine B12, bien qu'elles semblent avoir un taux normal de vitamine B12 dans leur sang. En effet, la cause principale de carence est le syndrome de non-dissociation de la vitamine B12 de ses protéines qui aident à transporter la vitamine B12 entre les cellules, où l’absorption devient partielle. Une carence peut être causée à toutes les étapes d’absorption de la vitamine B12 (Phase alimentaire, Phase gastrique, Phase intestinale, Phase sanguine)
  • Autres causes : les gastrites atrophiques, les infections à Helicobacter-pylori, un Zollinger-Ellison, la pancréatite chronique et la prise de boissons alcoolisées au long cours.
  • Dans environ 15% des cas, aucune cause de déficit ne sera retrouvée.

Les conséquences d’un déficit

L’installation de la carence est souvent lente et il peut en résulter des complications neurologiques impliquant la moelle épinière. En effet, si les complications d’un déficit en vitamine B12 sont rares, elles peuvent cependant avoir de graves conséquences, comme une hausse du taux sanguin d’homocystéine qui augmente les risques d’accident cardio vasculaire (AVC, tachycardie, insuffisance cardiaque).

Un manque de vitamine B12 peut aussi entraîner une baisse de production de globules rouges fonctionnels (les globules rouges deviennent anormalement gros), avec une plus faible quantité d’hémoglobine transportant l'oxygène, pouvant être ainsi à l’origine d’une anémie “sévère” susceptible d’engendrer des problèmes cardiaques et pulmonaires.

Un manque de vitamine B12 peut aussi provoquer des problèmes neurologiques parfois irréversibles, qui affectent notre système nerveux, tels que des problèmes de vision, de mémoire, de compréhension (ou de jugement), de fatigue extrême, de perte de coordination physique, de faiblesse musculaire ou de perturbation du sens du toucher.

Enfin, une carence en vitamine B12 est susceptible de provoquer une stérilité temporaire, réversible par un traitement vitaminé adapté. Elle pourra aussi être à l’origine d’une grave maladie lors de la conception de l’enfant (anomalie du tube neural).

Comment traiter une carence en vitamine B12

La plupart du temps, un déficit sera diagnostiqué à partir des symptômes caractéristiques (anémie, troubles neurologiques, ...) et d’une analyse sanguine. Plus la maladie reste longtemps sans traitement, plus le risque de dommages permanents est élevé. De fait, le traitement d’une carence en vitamine B12 dépend de la cause de l'affection. Dans certains cas, une simple amélioration de l’alimentation peut aider à traiter la maladie et à en prévenir le retour.

Concernant les autres causes de carence et notamment en cas de symptômes neurologiques comme des picotements dans les extrémités, la personne sera orientée vers un hématologue et pourra ensuite être facilement traitée grâce à une administration à forte dose de vitamine B12 par voie orale (en comprimés) ou en injections intra-musculaires (hydroxocobalamine ou cyanocobalamine sous sa forme synthétique), selon la cause de la carence. Ces traitements peuvent être nécessaires pour le reste de la vie.

Néanmoins, l’inconvénient de l'analyse sanguine du niveau global de vitamine B12 tient à ce qu’elle mesure la quantité totale des formes "actives" qui peuvent être utilisées par votre corps, ainsi que les formes "inactives", qui ne le peuvent pas. Au cas où une quantité importante de vitamine B12 dans notre sang est inactive, un test sanguin pourra paradoxalement induire en erreur en montrant des taux normaux de B12, même si notre corps ne peut pas en utiliser une grande partie. Les analyses sanguines permettront aussi de vérifier si le taux d'hémoglobine est inférieur à la normale ou si les globules rouges sont plus gros que la normale.

Essentielle à la santé de notre peau et au fonctionnement des neurotransmetteurs de notre cerveau, la vitamine B12 est pourtant mal connue et souvent négligée. Pas d’inquiétude cependant car du fait des réserves importantes de notre organisme, les carences en B12 restent rares et les moyens d’y remédier (nutrition adaptée ou compléments) sont facilement applicables. Ainsi, les conséquences néfastes seront souvent réversibles en fonction de la précocité du diagnostic et d’un bon dosage du traitement.

Vous avez aimé cet article?
N'hésitez pas à le partager !

Une équipe à vos côtés pour tous vos besoins de santé

Illustration - Nabla
WE ARE HIRING! NABLA.COM
Apply