Retour

AVK

Publié le , 5 min de lecture
Amélie Danaradjou
Infirmière
Laëtitia Willerval
Diététicienne-nutritionniste

Les AVK désignent des anticoagulants oraux. Comment faut-il les prendre ? Faut-il adopter un mode de vie différent ? Aujourd'hui, Nabla vous donne dix consignes à bien suivre !

Les dix commandements des AVK

1. La prescription strictement tu respecteras

  • Toujours respecter la dose prescrite par le médecin.
  • Prendre le médicament à heure/moment fixe tous les jours : le soir au cours du repas de préférence.
  • En cas d’oubli : prendre le comprimé oublié dans les 8 heures suivant l'heure de prise habituelle, jamais au-delà. Si le cap est dépassé, contentez-vous de la prise suivante et informez-en votre médecin.
  • N'arrêtez ou ne modifiez jamais votre traitement AVK sans avis médical.

2. L’INR régulièrement tu surveilleras

  • C’est le médecin qui prescrit la fréquence de surveillance de l’INR.
  • La valeur normale de l’INR est de 1. Dans la plupart des cas une personne sous traitement AVK a une valeur cible entre 2 et 3. Dans de très rares cas, la valeur à atteindre est supérieure à 3. Dans tous les cas, c'est le médecin qui fixe la valeur cible et vous la communique. Il est important pour vous de connaître la valeur attendue.
  • En cas d’INR trop bas, le traitement est inefficace, il ne fait donc plus son travail de fluidification du sang.
  • En cas d’INR trop haut le traitement entraîne un risque hémorragique : plus l’INR est élevé plus il y a risque de saignement. Appelez donc immédiatement votre médecin et surveillez les signes d’hémorragie (cf 8. Des saignements tu te méfieras).
  • Au début du traitement ou en cas de changement de dosage, la prise de sang a lieu tous les 2 à 4 jours. Puis s’espace dans le temps : une fois par semaine pour atteindre le minimum d’une fois par mois lorsque la dose idéale du traitement est atteinte.
  • Le mieux est de noter la dose prise et les résultats de l’INR sur un carnet de suivi. Un petit cahier peut faire l’affaire sinon il en existe en ligne ou gratuitement sur commande auprès de la Fédération Française de Cardiologie.
  • Attention la fièvre et la diarrhée peuvent modifier l’efficacité du traitement : prévenez donc votre médecin sans tarder il vous prescrira un INR si nécessaire.

3. L’automédication jamais tu ne pratiqueras

  • Un certain nombre de médicaments sont susceptibles d’interagir avec les AVK, il est donc complètement déconseillé voire dangereux de s’automédiquer.
  • Certains médicaments sont formellement contre-indiqués comme par exemple : l’Acide acétylsalicylique, le Phénylbutazone, le Miconazole et le Millepertuis.
  • Il en va de même pour les produits pharmaceutiques tels que les compléments alimentaires, compléments vitaminiques, substances de phytothérapies et huiles essentielles en vente libre.
  • A noter qu’il vous est interdit de faire des injections intra-musculaire ou intra-articulaires de par le risque hémorragique très important.
  • Prenez toujours l’avis de votre médecin ou de l’équipe Nabla.
  • Liste non exhaustive de substances pouvant interagir avec les AVK : anti-douleurs, anti-inflammatoires, antibiotiques, antimycosiques, aspirine, antidépresseurs, glucocorticoïdes, pansements gastriques, hormones thyroïdiennes, statines, millepertuis.

4. Les professionnels de santé systématiquement tu informeras

  • Il faut informer tous les professionnels de santé, sans exception, de votre traitement par anticoagulant. Les médecins, pharmaciens mais aussi infirmiers, kinésithérapeutes, podologues et toutes les autres professions doivent être informés.
  • Idéalement il faudrait avoir sur vous en permanence la carte de patient sous anticoagulant (il est possible de l’obtenir gratuitement auprès de la Fédération Française de Cardiologie), un simple papier rappelant le traitement par AVK dans votre portefeuille peut aussi faire l’affaire.
  • L’application Nabla reprenant vos données de santé et vos traitements est un bon moyen d’avoir toujours dans votre poche ces informations et pouvoir les transmettre aux professionnels de santé en direct.

5. Une grossesse scrupuleusement tu prépareras

  • La grossesse est incompatible avec les AVK de par leur risque de provoquer une fausse-couche mais également des malformations foetales.
  • Anticipez donc toujours une grossesse en prenant un moyen de contraception si vous n’en souhaitez pas une. Faites le point avec le médecin, la sage-femme ou le gynécologue si vous en avez le projet.
  • En ce qui concerne l'allaitement, l'avis médical est également nécessaire.

6. Une intervention chirurgicale sérieusement tu organiseras

  • Que ce soit pour un soin dentaire ou pour un intervention chirurgicale simple comme complexe, votre traitement anticoagulant peut entraîner des risques de saignements accrus.
  • Il est donc impératif de prévenir votre dentiste, le chirurgien et l’anesthésiste du traitement par AVK. Le traitement sera alors adapté par les praticiens si nécessaire et les risques seront mieux contrôlés.

7. L’activité physique tu adapteras

  • En dehors du risque de blessure auquel il faut faire attention, l’activité physique est recommandée car bénéfique pour le système cardiovasculaire, la santé physique et psychologique.
  • Évitez de pratiquer des sports à haut risque de chute, de traumatisme ou de plaie et de façon trop intense mais n’arrêtez cependant pas toute activité sportive : prenez conseils auprès de votre médecin, l’équipe Nabla peut également vous conseiller et vous accompagner à ce sujet.

8. Faire attention à toi toujours tu feras

  • Comme son nom l’indique votre traitement anticoagulant rend votre sang plus fluide ce qui entraîne une coagulation plus lente en cas de blessure.
  • Faites donc attention lors de vos activités de la vie quotidienne impliquant un objet tranchant ou pointu pouvant vous blesser : en cuisine méfiez-vous des couteaux et autres ouvre-boite, au jardin portez des gants, pour bricoler ou simplement avec des ciseaux soyez attentifs à vos gestes, ne vous laissez pas distraire.
  • De même pour vous couper les ongles, vous raser ou vous brosser les dents : préférez un rasoir électrique et une brosse à dents à poil souple idéalement électrique.
  • Si par accident une petite plaie sans corps étranger à l’intérieur devait avoir lieu : appuyez sur la plaie fermement pendant plusieurs minutes avec un linge propre. Si cela ne suffit pas à arrêter le saignement, que la plaie est importante ou qu’il y a un corps étranger allez aux urgences.

9. Des saignements tu te méfieras

  • L’objectif du traitement par AVK est de fluidifier le sang pour éviter les caillots, il favorise donc le risque de saignement important appelé hémorragie.
  • Consultez en cas de saignement visible répété, inhabituel, et/ou abondant : au niveau des gencives, du nez, des yeux (blanc de l’oeil taché de rouge), ecchymoses, sang dans les urines (urines rouges) ou les selles (rouges ou noires foncées), crachats sanguinolents, saignements gynécologiques anormaux.
  • Surveillez également les signes d’hémorragie interne tels qu’une pâleur inhabituelle, une fatigue anormale, un essoufflement récent inhabituel, un mal de tête rebelle ou un malaise. Dans ce cas appelez votre médecin ou allez aux urgences sans tarder.

10. Une alimentation équilibrée tu auras.

  • Les AVK interfèrent le cycle de la vitamine K qui entre en jeu dans les mécanismes de coagulation du corps.
  • L’équilibre du traitement est donc sensible aux changements importants de l’apport en vitamine K. Les légumes verts sont riches en vitamine K (salade, épinards, choux-fleur et brocolis). Il est nécessaire d'avoir un régime alimentaire équilibré et régulier, mais les restrictions (aliments interdits) sont inutiles.
  • Manger de tout en juste quantité est un facteur important de santé, la vitamine K ainsi que les aliments en contenant font partie de cet équilibre alimentaire. Il faut simplement favoriser un apport régulier et stable de vitamine K afin d’éviter les variations de l’INR.
  • En ce qui concerne l’alcool, il ne s’agit pas de l’éviter de l’alimentation mais d’en consommer de façon modérée
Vous avez encore des questions ? N'hésitez pas à les poser aux professionnels de santé sur notre application gratuite !
Je pose ma question

Ta santé dans ta boîte mail

Tu souhaites recevoir les meilleurs contenus Nabla dans ta boîte mail ?

Ton email sera uniquement utilisé par Nabla pour l’envoi de la newsletter. Il ne sera jamais communiqué à l’extérieur et tu peux te désabonner à chaque newsletter. En savoir plus
Illustration - Nabla

Ta santé en une seule app

Plus de 20 000 femmes ont déjà rejoint Nabla
Illustration - Nabla